Qu’est-ce que l’analyse transactionnelle ?

Qu’est-ce que l’analyse transactionnelle ?

L’analyse transactionnelle, développée par le psychiatre Eric Berne, est une forme de psychologie moderne qui examine les relations et les interactions d’une personne. Berne s’est inspiré des théories de Sigmund Freud sur la personnalité, les combinant avec ses propres observations sur les interactions humaines afin de développer l’analyse transactionnelle. En thérapie, l’analyse transactionnelle peut être utilisée pour aborder les interactions et les communications d’une personne dans le but d’établir et de renforcer l’idée que chaque individu est précieux et a la capacité de changer positivement et de s’épanouir.

Développement personnel de l’analyse transactionnelle

Le Dr Eric Berne a développé l’analyse transactionnelle dans les dernières années 1950, en utilisant le terme « transaction » pour décrire l’unité fondamentale des rapports sociaux, l' »analyse transactionnelle » étant l’étude des interactions sociales entre les individus. Il a été influencé par des contemporains tels que René Spitz, Erik Erikson, Paul Federn, Edoardo Weiss, ainsi que Freud et Wilder Penfield, un neurochirurgien canadien.

Inspiré par la théorie de la personnalité de Freud – principalement sa croyance que la psyché humaine est multiforme et que différents composants interagissent pour produire une variété d’émotions, d’attitudes et de comportements complexes – et par les expériences révolutionnaires de Penfield impliquant la stimulation de régions spécifiques du cerveau par des courants électriques, Berne a développé une approche qu’il a décrite comme étant à la fois néo- et extra-freudienne.

Discernant la nécessité de s’appuyer sur les concepts philosophiques que Freud a introduits avec des données observables, Berne a développé ses propres états du moi observables de parent, adulte et enfant, suivant la proposition de Freud de l’existence du Id (composante émotionnelle et irrationnelle), de l’Ego (composante rationnelle) et du Surmoi (composante morale) comme des factions différentes et inobservables de la personnalité.
Berne a également pris note des complexités de la communication humaine. Il a souligné le fait que les expressions faciales, les gestes, le langage corporel et le ton peuvent être considérés comme plus importants par le récepteur que n’importe quel mot parlé. Dans son livre « Games People Play », il a noté que les gens peuvent parfois communiquer des messages sous-tendus par des arrière-pensées.

Examen des états du moi de l’analyse transactionnelle

Comme Freud, Berne postule que chaque individu possède trois états du moi. Ses états du moi – le parent, l’adulte et l’enfant – ne correspondent cependant pas directement à l’Id, l’Ego et le Surmoi de Freud. Ces états représentent plutôt le modèle interne d’un individu, composé de parents, d’adultes et d’enfants. Un individu peut assumer n’importe lequel de ces rôles dans les transactions avec une autre personne ou dans une conversation interne. Ces rôles ne sont pas directement associés à leurs définitions anglaises typiques, mais peuvent être décrits comme suit :

Le rôle de parent consiste à enregistrer les événements externes observés et vécus par un enfant depuis sa naissance jusqu’à environ les cinq premières années de sa vie. Ces enregistrements ne sont pas filtrés ou analysés par l’enfant ; ils sont simplement acceptés sans poser de questions. Nombre de ces événements externes sont susceptibles d’impliquer les parents de l’individu ou d’autres adultes dans des rôles de parent, ce qui a conduit Berne à appeler cet état du moi « le parent ». Exemples d’événements externes enregistrés dans cet état :
– Ne jouez pas avec des allumettes.
– N’oubliez pas de dire « s’il vous plaît » et « merci ».
– Ne parlez pas aux étrangers.

L’enfant représente tous les enregistrements cérébraux d’événements internes (sentiments ou émotions) qui sont directement liés aux événements externes observés par l’enfant au cours des cinq premières années de sa vie. Voici quelques exemples d’événements enregistrés dans cet état :
– Je me sens heureux quand maman me prend dans ses bras.
– Le film de papa, tourné tard dans la nuit, était très effrayant.
– Je me sens triste quand maman est triste.

L’adulte, l’état du moi final, est la période au cours de laquelle un enfant développe la capacité de percevoir et de comprendre des situations qui sont différentes de ce qui est observé (Parent) ou ressenti (Enfant). L’Adulte sert de centre de traitement des données qui utilise les informations des trois états du moi afin d’arriver à une décision. Un rôle important de l’adulte est de valider les données qui sont stockées dans le parent :

Je vois que la maison de Suzie a été brûlée. Maman avait raison : je ne devrais pas jouer avec des allumettes.

La communication à l’aide de la théorie de l’analyse transactionnelle

Toute indication (parole, gestes ou autres indices non verbaux) qui reconnaît la présence d’une autre personne est appelée un stimulus transactionnel. Toutes les transactions sont initiées par l’utilisation d’un stimulus transactionnel. Lorsque deux individus se rencontrent et que le récepteur réagit d’une manière liée au stimulus transactionnel, cet individu a effectué une réponse transactionnelle. La clé d’une communication de personne à personne réussie consiste généralement à identifier quel état du moi (chez le locuteur) a initié le stimulus transactionnel et quel état du moi (chez le récepteur) a fourni la réponse transactionnelle.

En raison de la nature typiquement rationnelle et raisonnable de l’adulte, Berne pense que les transactions les plus faciles et les plus simples se font entre les états du moi de l’adulte, mais les transactions peuvent se faire entre n’importe lequel des trois états du moi. Dans une transaction complémentaire, la réponse transactionnelle du destinataire est dirigée vers l’état du moi émetteur dans le locuteur. Par exemple, si l’adulte du locuteur envoie un stimulus transactionnel à l’enfant du récepteur, la transaction sera complémentaire si l’enfant du récepteur envoie ensuite la réponse transactionnelle à l’adulte du locuteur. Selon Berne, la communication se poursuivra si les transactions restent complémentaires.

Une transaction croisée se produit lorsqu’un état du moi qui n’a pas reçu le stimulus transactionnel envoie la réponse transactionnelle. Les transactions croisées peuvent entraîner des ruptures de communication, qui peuvent parfois être suivies d’un conflit. Par exemple, l’état Adulte d’un individu peut envoyer un stimulus transactionnel à l’Adulte d’un autre individu, en lui demandant « As-tu vu mon manteau ? Mais l’Enfant du second individu peut au contraire envoyer la réponse transactionnelle au Parent du premier individu en répondant « Tu me blâmes toujours pour tout !

Non seulement la communication est considérée comme un aspect important de la vie quotidienne, mais elle est également considérée comme faisant partie intégrante de l’être humain. Même les nouveau-nés montrent le besoin d’être reconnus et valorisés. Les recherches menées par Spitz ont montré que les nourrissons qui reçoivent moins de câlins, de manipulations et de contacts sont plus susceptibles d’éprouver des difficultés physiques et émotionnelles. Berne a décrit ce besoin inné de reconnaissance sociale comme une faim de reconnaissance, définissant l’unité fondamentale de l’action sociale ou de la reconnaissance comme un accident vasculaire cérébral.

Du point de vue de Berne, les enfants affectés négativement dans les études de Spitz présentaient des déficits physiques et émotionnels dus à l’absence d’AVC. Berne a appliqué cette théorie aux adultes, théorisant que les hommes et les femmes souffrent également de la faim de reconnaissance et ont besoin d’une attaque. Cependant, alors que les bébés peuvent désirer des caresses qui sont principalement physiques, un adulte peut se contenter d’autres formes de reconnaissance, comme des hochements de tête, des clins d’œil ou des sourires.

Bien que les accidents vasculaires cérébraux puissent être positifs ou négatifs, M. Berne a émis la théorie qu’il vaut mieux recevoir un accident négatif que de ne pas en recevoir du tout. Lorsqu’une personne demande à une autre de sortir avec elle, par exemple, et se voit opposer un refus catégorique, elle peut trouver que ce refus est moins dommageable qu’une absence totale de reconnaissance.

L’analyse transactionnelle en thérapie

L’objectif de l’analyse transactionnelle est d’aider l’individu en thérapie à acquérir et à maintenir son autonomie en renforçant l’état d’adulte. Généralement, l’individu et le thérapeute établissent un contrat qui décrit le résultat souhaité qu’ils souhaitent obtenir en thérapie. Cela peut contribuer à ce que la personne en thérapie assume la responsabilité personnelle des événements qui ont lieu pendant le traitement. L’individu sera alors généralement plus à même de se fier à son état d’ego d’adulte pour identifier et examiner les diverses pensées, comportements et émotions qui pourraient entraver sa capacité à s’épanouir.

L’atmosphère qui soutient l’analyse transactionnelle en est une de confort, de sécurité et de respect. Lorsqu’une relation positive est établie entre le thérapeute et la personne qui demande un traitement, cela fournit souvent un modèle pour les relations ultérieures développées en dehors du cadre de la thérapie. Les analystes qui pratiquent cette forme de thérapie utilisent généralement un large éventail d’outils issus de nombreuses disciplines, notamment les thérapies psychodynamiques, cognitives, comportementales et relationnelles.

Qui peut bénéficier de l’analyse transactionnelle ?

L’analyse transactionnelle est fréquemment appliquée dans les domaines de la médecine, de la communication, de l’éducation, de la gestion des affaires et de la thérapie. L’attrait général de cette technique a attiré des parents, des professionnels, des travailleurs sociaux et d’autres personnes qui s’efforcent d’atteindre un développement personnel maximal. L’analyse transactionnelle est considérée comme une méthode efficace pour améliorer les relations avec soi-même et avec les autres.

Des études montrent que l’analyse transactionnelle, souvent utilisée par les conseillers et les cliniciens pour traiter les problèmes auxquels est actuellement confrontée la personne en traitement, peut être un outil efficace dans le traitement des difficultés émotionnelles et relationnelles qui peuvent se développer à la suite de problèmes de santé chroniques.

L’analyse transactionnelle est largement utilisée dans le domaine de l’éducation, et cette méthode peut servir de vecteur par lequel les principes et la philosophie de l’éducation peuvent être intégrés dans la vie quotidienne des étudiants. Ce type de thérapie peut être administré aux enfants et aux adultes de tous âges, indépendamment des circonstances sociales.

Comment devenir un analyse transactionnel certifié ?

Pour obtenir le titre d’analyste transactionnel certifié (ATC), les personnes doivent d’abord suivre un cours d’analyse transactionnelle 101, puis un cours de formation :
– Engager un sponsor qualifié dans le même domaine de l’AT afin de se préparer de manière adéquate à la certification. L’International Board of Certification agit en tant que tierce partie au contrat.
– Enregistrer les heures de formation (600 heures de contact avec le tuteur), de supervision (150 heures supervisées tout en appliquant professionnellement l’AT dans le domaine), et d’application (750 heures de contact avec le client dans le domaine professionnel). 500 heures supplémentaires peuvent être consacrées à n’importe quel domaine, ce qui porte le nombre total d’heures requises à 2000.
– Compléter et réussir un examen écrit (jusqu’à 24 000 mots).
– Passer et réussir un examen oral.

 

  • Mots-clés connexes: